L’école buissonnière

 

Copyright © 2007, Juventino, Tous droits réservés.

Accueil général

Mollusques

Insectes

Invertébrés divers

Flore

Vertébrés

Paysages et Constructions humaines

Plus de détails !

Infos Site

________________________________________________________________________________________________________________________

Biotopes

Massifs de l’Esterel et du Tanneron

Vers la liste des Biotopes des Alpes-Maritimes (et zones proches)

 

       Le massif de l’Esterel est un massif ancien qui s’étend en bordure de la Méditerranée entre Fréjus - St Raphaël à l’ouest et Mandelieu - La Napoule à l’est et qui est donc partagé entre 2 départements : les Alpes-Maritimes et le Var.

 

       Son originalité vient des porphyres, roches éruptives sculptées par l’érosion, aux formes déchiquetées et aux superbes colorations dont le rouge est la plus spectaculaire.

 

       Voici les teintes caractéristiques de l’Esterel dans le secteur du Cap Roux. C’est superbe !

 

Anthéor (Var), 25 m. d’alt., le 8 Octobre 2005.

Anthéor (Var), 25 m. d’alt., le 8 Octobre 2005.

 

       A l’origine, le massif était entièrement recouvert de forêts de pins et de chênes-lièges, mais les incendies en ont fait disparaître une grande partie et, aujourd’hui, de larges étendues se contentent d’être tapissées d’arbrisseaux et de buissons : bruyères, arbousiers, lentisques, cistes, genêts épineux, lavandes, ... Bref, du méditerranéen très typé ! Du moins sur les versants sud (adrets) fortement ensoleillés et arides. La différence est frappante avec les versants nord (ubacs) du massif, beaucoup moins secs, où les fougères poussent très bien. La végétation a bien du mérite à s’adapter à ce milieu car, outre la sécheresse estivale caractéristique du climat méditerranéen, il lui faut aussi compter avec des sols d’origine volcanique, durs et acides.

 

Une des rares réserves d’eau de l’Esterel, avec toujours les couleurs locales ! Attention, l’été, vous risquez de le trouver à sec !

Lac de Belle-Barbe (Var), 40 m. d’alt., le 8 Octobre 2005.

 

       L’Esterel est un massif usé qui culmine au Mont Vinaigre, à seulement 618 mètres d’altitude, mais qui, malgré tout, conserve davantage l’allure de montagnes que de collines, de par les formes aiguës de nombreux reliefs.

 

       Le massif de l’Esterel est prolongé au nord-est par le massif du Tanneron, lui aussi partagé entre les Alpes-Maritimes et le  Var, dont les pentes dominant Mandelieu sont célèbres pour l’abondance des mimosas qui les recouvrent.

 

       Là encore, les altitudes sont des plus modestes : 519 m. à La Gaëte, le point culminant.

 

       L’ensemble formé par les massifs de l’Esterel et du Tanneron est bien délimité :

 

               - à l’ouest par la vallée du Reyran qui se jette dans la Méditerranée au niveau de Fréjus,

               - à l’est et au nord par la vallée de la Siagne qui se jette dans la Méditerranée au niveau de Mandelieu - La Napoule, et de son affluent, le Biançon, barré pour former le lac de St Cassien.

 

Le Biançon en limite nord-ouest du massif du Tanneron :

Le Biançon près de St Cassien des Bois (Var), 80 m. d’alt., le 9 Avril 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers la liste des Biotopes des Alpes-Maritimes (et zones proches)

analyse de traffic

Faune du biotope

Reptiles et Amphibiens :

Lacerta bilineata, ex-Lacerta viridis (Lézard vert)

Araignées :

Carrhotus xanthogramma (Saltique orangée)

Mangora acalypha (Mangore petite-bouteille)

Philaeus chrysops

Pisaura mirabilis (Pisaure)

Runcinia grammica (Thomise pépin de raisin)

Tetragnatha extensa (Tétragnathe étirée)

Coléoptères (sacrabées, ...) :

Chalcophora mariana

Cicindela campestris (Cicindèle champêtre)

Chrysomela (Chrysomela) populi (Chrysomèle du peuplier)

Oxythyrea funesta (Cétoine grise)

Tropinota (Epicometis) hirta (Cétoine hérissée)

Dictyoptères :

Mantis religiosa (Mante religieuse)

Hétéroptères (punaises) :

Spilostethus pandurus

Hyménoptères (fourmis, guêpes, abeilles, ...) :

Camponotus cruentatus

Lépidoptères :

Adela australis

Limenitis reducta (Sylvain azuré)

Nymphalis antiopa (Morio)

Pseudopanthera macularia (Panthère)

Pyronia cecilia (Ocellé de la canche)

Orthoptères :

Barbitistes fischeri (Barbitiste languedocien)

Tettigonia viridissima (Grande sauterelle verte)

Tylopsis lilifolia (Phanéroptère liliacé)

Flore du biotope

Acacia dealbata (Mimosa des fleuristes)

Aesculus hippocastanum (Marronnier d’Inde)

Anagallis arvensis (Mouron des champs)

Anemone hortensis (Anémone des jardins ou des fleuristes)

Anthyllis barba-jovis (Barbe de Jupiter)

Arabis verna (Arabette de printemps)

Arbutus unedo (Arbousier)

Aristolochia pistolochia (Aristoloche pistoloche)

Aristolochia rotunda (Aristoloche à feuilles rondes)

Asphodelus cerasiferus (Asphodèle-cerise)

Aster sedifolius (Aster à feuilles d’orpin)

Astragalus pelecinus (Astragale double-scie)

Bituminaria bituminosa ou Psoralea bituminaria (Psoralée à odeur de bitume ou Trèfle bitumineux)

Briza maxima (Grande brize)

Cercis siliquastrum (Arbre de Judée)

Cistus ladaniferus (Ciste ladanifère ou à gomme)

Cistus monspeliensis (Ciste de Montpellier)

Cistus salviifolius (Ciste à feuilles de sauge)

Convolvulus cantabrica ou cantabricus (Liseron de Biscaye ou des Cantabriques)

Dorycnium hirsutum (Dorycnie hirsute)

Echium creticum (Vipérine de Crète)

Echium plantagineum (Vipérine à feuilles de plantain)

Echium vulgare (Vipérine commune)

Erica arborea (Bruyère arborescente)

Erica multiflora (Bruyère à fleurs nombreuses)

Eruca sativa subsp. sativa (Roquette sauvage)

Euphorbia amygdaloides (Euphorbe des bois)

Euphorbia helioscopia (Euphorbe réveille-matin)

Euphorbia segetalis (Euphorbe des moissons)

Euphorbia serrata (Euphorbe à feuilles dentées en scie)

Geranium colombinum (Géranium colombin)

Geranium dissectum (Géranium découpé)

Geranium lucidum (Géranium luisant)

Helichrysum stoechas (Immortelle commune)

Hyacinthoides italica, ex-Scilla italica (Scille d’Italie)

Iberis umbellata (Ibéris en ombelle)

Jacobaea maritima (Séneçon cinéraire)

Lathyrus climenum (Gesse climène ou pourpre)

Lathyrus climenum subsp. articulatus (Gesse articulée)

Lavandula stoechas (Lavande stéchade)

Lepidium campestre (Passerage des champs)

Linum usitatissimum (Lin cultivé)

Lonicera implexa (Chèvrefeuille des Baléares ou entrelacé)

Malva dendromorpha (Mauve royale ou Lavatère arborescente)

Medicago arborea (Luzerne arborescente)

Medicago littoralis (Luzerne du littoral)

Misopates orontium (ex-Antirrhinum orontium) (Muflier des champs)

Myrtus communis (Myrte commun)

Opuntia humifusa (Figuier d’Inde ou Oponce sauvage)

Pistacia lentiscus (Pistachier lentisque)

Plantago lanceolata (Plantago étroit ou lancéolé)

Polygala nicaeensis (Polygale de Nice)

Populus alba (Peuplier blanc)

Potentilla pedata (Potentille hérissée)

Potentilla recta (Potentille droite)

Pteridium aquilinum (Fougère aigle)

Quercus suber (Chêne-liège)

Ranunculus ficaria (Ficaire ou Renoncule ficaire)

Salvia verbenaca (Sauge verveine)

Sedum album (Orpin blanc ou Sedum blanc)

Senecio lividus (Séneçon livide)

Senecio vulgaris (Séneçon commun)

Serapias cordigera (Sérapias en coeur)

Serapias neglecta (Sérapias négligé ou méconnu)

Silene gallica (Silène de France)

Sisymbre officinal (Sisymbrium officinale)

Smilax aspera (Salsepareille d’Europe)

Symphytum tuberosum (Consoude tubéreuse)

Thapsia villosa (Thapsie velue)

Trifolium arvense (Trèfle des champs)

Trifolium incarnatum subsp. molinerii (Trèfle de Molineri)

Trifolium subterraneum (Trèfle souterrain)

Trifolium thalii (Trèfle de Tahl)

Umbilicus rupestris (Nombril-de-Vénus commun)